SHIKOKU CHANOYU TOUR :

Nicolas Dupuis, alias nikosan

Nikosan (Nicolas Dupuis de son vrai nom) est un illustrateur dont le travail s’inspire des cultures extrêmes-orientales, en particulier la Chine et le Japon. Evoluant dans le monde du thé et des arts, il a collaboré avec des experts en thé, des Maisons d’édition, mais également avec différentes Maisons de Thé en France et à l’étranger. L’artiste nous invite à partager son univers avec une vision contemporaine de ces cultures, agrémenté d’une touche de sobriété fidèle au Zen, et surtout plein de poésie…

 

Son projet : “Afin de promouvoir l’île de Shikoku et l’association, je propose de faire vivre au quotidien le blog de mon site, à la manière d’un journal de bord. Les articles seront principalement illustrés par des photos et agrémentés de quelques dessins. A l’issue de ce séjour, j’organiserai dans ma galerie une rencontre sur la thématique de ce voyage et le thé japonais, afin de partager mon vécu”.

Où le suivre : www.nikosan.com (site web)

 

——————————————–

Julia Inisan

Passion, Japon… deux mots qui définissent parfaitement Julia Inisan. En primaire elle découvre “Princesse Mononoke” de Hayao Miyazaki. La puissance évocatrice des images éveille en elle une curiosité insatiable pour la culture nippone. Par la suite, elle se met à dévorer la littérature japonaise, des ouvrages classiques aux contemporains. Elle ne reste pas insensible non plus aux arts scéniques (noh, kabuki, bunraku, danses sacrées, musique de cour, etc). Le Lycée lui offre l’occasion de commencer à étudier le japonais et grâce au programme d’échanges de jeunes du Rotary, elle part vivre un an à Kitakata dans la campagne de Fukushima. Après un bac littéraire, elle intègre la première promotion du campus Europe-Asie de Sciences Po au Havre, et apaise sa soif de Japon  en prenant part à un échange universitaire avec l’Université de Kyôto. Julia y a étudié un an le droit et  a fait partie du club de cérémonie du thé universitaire, ce qui lui a permis de fréquenter l’école Urasenke.

Son projet : “Afin de faire (re)découvrir les mérites de Shikoku au public francophone dans un premier temps, je mettrai à profit les quelques mois de préparation avant le voyage pour présenter à travers une série d’articles l’île et ses caractéristiques. En prenant appui sur mon expérience personnelle, je fournirai également des informations pratiques à l’attention des voyageurs qui se demandent à quelle période visiter le Japon, comment partir, où se loger… J’introduirai à travers mes billets les accessoires, les lieux de pratique ou encore les manières à adopter en  ce qui concerne la cérémonie du thé. En parallèle, les internautes pourront être sensibilisés aux actions de Shikoku Muchujin sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter, et sur des fora d’amis du Japon.

Pendant le voyage, je me consacrerai à la rédaction de billets portant sur les rencontres et les activités effectuées chaque jour. Les textes auront un caractère principalement explicatif, avec des sources référencées pour satisfaire spécialistes et passionnés. Mais je souhaite aussi mettre leur contenu à la portée des néophytes en rappelant la signification des termes employés et en leur indiquant des contacts qui leur permettront de s’essayer à la cérémonie du thé en France par exemple. La lecture sera rendue plus attrayante à l’aide des photographies que je prendrai sur place. J’espère avoir l’opportunité de réaliser des interviews des personnes rencontrées. Des nouvelles seront diffusées quotidiennement sur Facebook et Twitter si le réseau le permet.

A mon retour, je me ferai une joie de faire part de mon expérience auprès de la Maison de la culture du Japon… et de fora intéressés par le Japon et les arts traditionnels. Je continuerai bien entendu à entretenir mon blog: détails du voyage, informations sur la culture nippone, dessins, actualités à Shikoku, nouvelles de Shikoku Muchujin… Enfin, j’ai remarqué que mon blog accueillait régulièrement des visiteurs via Google Translate. Il me tient donc à cœur de produire à terme une version anglophone des articles rédigés à Shikoku”. Je serai comblée si mes écrits parviennent à susciter autant d’intérêt chez mes lecteurs que la culture japonaise en génère en moi !

Où la suivre : zazen-rouge.over-blog.com


SHIKOKU BONSAI TOUR :

Jérôme Cologne

Jérôme Cologne, 33 ans, vit à Clermont-Ferrand et passionné de bonsaï depuis 10 ans. Dès ses débuts, il rencontre d’autres passionnés qui lui font découvrir cet art et qui le pousse à progresser. Il intègre rapidement des clubs, suit des stages chez des professionnels ou avec des Maîtres japonais, et entre  à l’Académie Bonsaï où enseigne Maître Akanuma il y a 5 ans. Il a déjà voyagé une première fois au Japon il y a 3 ans dans la région de Sendaï.

 

Son projet : “A travers mon blog et les forums de bonsaï français, je vais décrire fidèlement au quotidien ce voyage que ce soit sur le bonsaï mais aussi sur la vie courante, la nourriture, les paysages, les personnes rencontrées… Ceci sera accompagné de photos, dessins et vidéos. A mon retour, je prévois déjà de participer à des conférences ou expositions sur Shikoku avec l’association franco-japonaise Japon Auvergne – Nippon Auvergne (JANA)

Où le suivre : pinyamadori.blogspot.com (blog) & forumbonsai.mwik.com (forum)

Guillaume Billaud

Guillaume Billaud, Le bonsaï, il est tombé dedans en 2006, c’est un de ses anciens collègues de travail qui lui fait découvrir cet art. Rapidement, il découvre le forum “parlonsbonsai.com” où il passe des heures à lire et recouper les informations des plus expérimentés. Il devient par la suite rédacteur pour ce même forum pendant quelque temps ; puis passe du côté de la communication. Depuis mars 2010 il réalise des vidéos de bonsaï que l’on peut retrouver sur sa page youtube.

Son projet : “Vidéos, publireportages, photos, émission en direct c’est tout cela que je vais vous apporter pendant ces 15 jours.  Mais avant cela nous avons deux mois pour préparer l’aventure. Boucler les valises, préparer le matériel et le plus important s’imprégner de la culture et de l’histoire de cette île paradisiaque. Rien de tel pour bien en profiter une fois sur place, alors : « Le voyage commence aujourd’hui! »”.

Où le suivre : actubonsai.com (blog) &  youtube.com &  facebook.com

Présentation vidéo de Guillaume : sur cette page.



——————————————–




SHIKOKU FREE TOUR (billet d’avion) :

Benjamin Thomas est enseignant en études cinématographiques. Il a participé à plusieurs revues et ouvrages collectifs, dans lesquels il a écrit sur le cinéma de genre ou sur des films italiens, russes, français, américains. Mais son domaine de prédilection est le cinéma japonais contemporain (à partir des années 90). Il est l’auteur de deux ouvrages sur la question, dont le dernier, Le Cinéma japonais d’aujourd’hui, est paru en 2009 aux Presses Universitaires de Rennes. Il a fait plusieurs séjours au Japon, mais sur Honshû uniquement.

Son projet : « C’est d’abord un attrait irrépressible pour l’image en mouvement qui servira de fil rouge à mon voyage. D’abord, parce que travailler sur les représentations de la ville et de la nature dans le cinéma japonais contemporain m’a récemment conduit à m’interroger sur le cas Shikoku. De nombreux films ne semblent reconnaître qu’un droit à Shikoku en tant que paysage cinématographique, celui d’emblème de la tradition la plus figée. D’autres, en revanche, s’emploient à faire de l’île un lieu de tous les possibles. C’est le rapport qu’entretient le cinéma à Shikoku, et Shikoku au cinéma, que j’aimerais explorer de plus près (jusqu’à en apprendre plus sur les coulisses et la genèse du festival de cinéma qui a vu le jour dans la préfecture de Kagawa).

 

J’aimerais aussi profiter de cette occasion pour me pencher sur les liens entre Shikoku et le cinéma (les représentations de Shikoku dans les films contemporains, par exemple) ; cela pourrait être une manière originale d’enrichir mes recherches sur le cinéma japonais, en général, mais aussi de faire connaître Shikoku à mes étudiants, par la suite, ou aux gens qui assisteront aux conférences que je donne dont les conférences au café-lecture de Clermont-Ferrand, où l’association Japon Auvergne-Nippon Auvergne (JANA) organise souvent des récits de voyage au Japon et des évènements culturels sur le Japon

 

 

Et puis l’image en mouvement sera aussi l’outil principal auquel j’aurai recours pour chroniquer mon voyage, en plus du blog que je mettrai en ligne pour l’occasion (interviews filmées, vignettes vidéo impressionnistes, etc.) »

Où le suivre : shikokue.wordpress.com