SHIKOKU CHANOYU TOUR :

Nicolas Dupuis, alias nikosan

Nikosan
Où le suivre : www.nikosan.com (site web)

Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de votre séjour en Shikoku ?
Les souvenirs sont nombreux… très nombreux ! Pour mon premier voyage au Japon, chaque jour fut vécu de façon intense avec les souvenirs qui vont avec. Je garde un excellent souvenir des rapports que j’ai pu avoir avec la population japonaise et leur curiosité à notre égard. Je retiens également l’ambiance de l’intérieur des maisons de thé que j’ai pu visiter, et que je ne connaissais qu’au travers des livres. L’odeur du bois, des tatamis… Je garde le souvenir de rêver éveillé…

Qu’est-ce qui vous a le plus séduit(e) ?
Question difficile également ! J’ai particulièrement été touché par les rencontres humaines, que ce soit avec Chujo Sensei, Akiyama Sensei, Shôzo Kitaoka et tous les autres… J’ai été très touché par leurs disponibilités et leur engouement à nous transmettre une partie de leur savoir.
J’ai aussi été marqué et surtout très ému de participer à ma première rencontre de thé officielle, un Ochakai, organiser par la fondation de Chujo Sensei.

A votre retour en France, avez-vous eu l’opportunité de continuer d’une manière ou d’une autre à faire parler de Shikoku. Si oui, comment ?
Je continue mon travail de recherches autour de l’illustration, du thé et de la culture nipponne. Le voyage effectué au Japon me permet d’alimenter mon univers et de continuer mon travail. Plus concrètement, je souhaite continuer à réaliser différentes illustrations relatant ce voyage, et les diffuser sur les différents réseaux sociaux. J’aimerai également, das un avenir proche, réaliser une exposition de photos réalisées lors de ce voyage.

Que souhaiteriez-vous visiter ou que voudriez-vous faire si vous deviez revenir à Shikoku ?
J’aimerai beaucoup découvrir la campagne proche de Takamatsu et ses maisons traditionnelles, aussi que les îles situées dans la mer de Seto.

Quel est votre actualité du moment ?
Différents projets sont en cours et à l’étude. Je travaille en ce moment avec une styliste, pour laquelle je réalise des illustrations imprimées de façon artisanale sur ses tissus. Je continue également mon travail artistique autour du thé, en réalisant différentes illustrations destinées à être éditée en tirage limitée.
D’autres projets sont à venir…

 

——————————————–

Julia Inisan

Julia Inisan.
Où la suivre : zazen-rouge.over-blog.com

 


SHIKOKU BONSAI TOUR :

Jérôme Cologne

Jérôme Cologne
Où le suivre : pinyamadori.blogspot.com (blog) & forumbonsai.mwik.com (forum)

Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de votre  séjour en Shikoku ?
Bien sur de très bons souvenirs de cette merveilleuse aventure mais surtout, outre tous les lieux visités, les différentes activités, je garde en moi cette belle aventure humaine. Il y a peu de jours où je ne pense pas à ce séjour, et surtout à toutes les belles rencontres que j’ai faite!

Qu’est-ce qui vous a le plus séduit(e) ?
Question très difficile mais mon souvenir le plus marquant est certainement les 2 jours passés au Parc Ritsurin auprès des jardiniers. Quel honneur de travailler dans ce célèbre parc. Et je revois encore les regards des jardiniers qui étaient si fiers de nous montrer leur travail souvent fait en coulisses, sans que personne ne les remarquent. Ils semblaient aussi très touchés que des personnes, en plus étrangères, puissent se passionner et s’intéresser à leur quotidien.

A votre retour en France, avez-vous eu l’opportunité de continuer d’une manière ou d’une autre à faire parler de Shikoku. Si oui, comment ?
Oui. Je parle et reparle régulièrement de mon périple à mes proches, collègues mais aussi lors d’expositions de bonsaï… et bien sur sur mon blog. J’ai eu l’occasion de réaliser deux conférences, une à Clermont-Ferrand et une à Aurillac, sur mon voyage. Une nouvelle conférence est prévue au parc oriental de Maulévrier en décembre.

Que souhaiteriez-vous visiter ou que voudriez-vous faire si vous deviez revenir à Shikoku ?
Je reviendrai à Shikoku (j’en suis sur) pour visiter les autres préfectures et d’autres paysages, notamment la côte pacifique. Lors du séjour, nous n’avons pas quitté Kagawa.

Quel est votre actualité du moment ?
Toujours dans les activités de bonsaï. Une composition de mes arbres a été sélectionnée pour le Congrès européen de bonsaï qui aura lieu en France en 2013 et où j’aurai le plaisir de revoir Koji Hiramatsu Sensei qui en sera l’invité d’honneur.

 

 

Guillaume Billaud

Guillaume Billaud
Où le suivre : actubonsai.com (blog) &  youtube.com &  facebook.com

Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de votre séjour en Shikoku ?
J’en garde un très bon souvenir, mon meilleur souvenir de voyage à l’étranger. J’ai le souvenir de tous les visages des personnes avec qui nous avons passé de bons moments et tous ceux qui ont fait tout leur possible pour nous aider dans des moments délicats malgré la barrière de la langue. Je me souviens de toutes ces petites anecdotes qui ont rythmé notre séjour, les ballades nocturnes à vélo, la découverte de la gastronomie japonaise, les fou rire pendant les live. S’était vraiment quelques chose d’exceptionnel!

Qu’est-ce qui vous a le plus séduit(e) ?
Difficile à dire, c’est peut-être la douceur de la vie à Shikoku qui m’a le plus séduit. On a la sensation que le temps s’écoule plus doucement, que l’on peu prendre le temps de profiter de la vie et de chaque instant. On est très loin des clichés d’un Japon fourmillant et vivant à mille à l’heure comme dans les quartiers à Tokyo.

A votre retour en France, avez-vous eu l’opportunité de continuer d’une manière ou d’une autre à faire parler de Shikoku. Si oui, comment ?
Je crois qu’il ne se passe pas une journée sans que je parle du Shikoku tour, avec mes collègues de travail, mes amis, ma famille, au club de bonsaï, sur internet… J’essaie de communiquer aux personnes qui m’entourent l’envie de découvrir Shikoku. J’essaie surtout de casser les idées préconçues que peuvent avoir les français sur les voyages au Japon. Ils pensent qu’au Japon les hôtels sont coûteux, que les restaurants le sont également… alors qu’il est tout à fait possible de voyager au Japon sans que cela coûte une fortune. Bref, le Japon est un rêve accessible.

Que souhaiteriez-vous visiter ou que voudriez-vous faire si vous deviez revenir à Shikoku ?
Je pense que je visiterai les quelques pépinières à bonsaï de kinashi kokubunji que nous n’avons pas pu visiter et assister à une vente aux enchères de bonsaï. Il y a aussi les tourbillons de naruto que j’aimerai voir car ils doivent être très impressionnants. Au sud de shikoku je crois qu’il est possible de voir des dauphins ou des baleines. Visiter quelques temples, aller au onsen, passer la nuit dans un ryokan, pêcher quelques poulpes etc… Je pense qu’il faudra revenir plusieurs fois pour faire tout ça.

Mais une chose que j’aimerai beaucoup faire c’est apprendre la cuisine japonaise, apprendre à cuisiner avec les japonais. Apprendre à faire quelques plats typiques pour les faire découvrir aux français car la gastronomie japonaise ne se résume pas aux sushi.

Quel est votre actualité du moment ?
Actuellement j’essaie de tisser des liens avec les bonsaïka japonais de shikoku pour faire découvrir leur travail et leurs expositions. Maitre Koji Hiramatsu va venir à l’exposition européenne de bonsaï (EBA) et je suis chargé par la fédération française de bonsaï d’assurer un reportage photo et vidéo de l’évènement.

En ce moment je passe beaucoup de temps à travailler sur mon blog pour faire de bons articles. Il est de plus en plus suivi et j’ai de très bonnes critiques de la part des lecteurs.
Je remercie l’association shikoku muchujin, tous les bénévoles et tous les sponsors qui ont rendu notre séjour possible et très agréable. Je suis très honoré d’avoir pu participer à cette merveilleuse aventure. Chaque jour nous avons fait notre maximum pour partager cette expérience et nous continuons de le faire de notre mieux.