SHIKOKU HAÏKU MEGURI :

Martine Brugière

Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de votre séjour en Shikoku ?
Voyage très dense, comportant des visites et rencontres nombreuses et intéressantes, accueil chaleureux, magnifiques paysages sous un climat agréable.

Qu’est-ce qui vous a le plus séduit(e) ?
Le mélange villes/nature.

A votre retour en France, avez-vous eu l’opportunité de continuer d’une manière ou d’une autre à faire parler de Shikoku. Si oui, comment ?
– Avec Maïko et Tetsuya GOTANI de l’Association Japon Auvergne-Nippon Auvergne (JANA)  : 15/10/12 Hôtel Océania Clermont-Ferrand conférence et présentation de haïkus en présence de M. le Consul du Japon à Lyon

– 14/12/12 Hôtel Hilton Lyon prêt de haïkus pour la réception en l’honneur du 79ème anniversaire de l’Empereur du Japon par intermédiaire de l’Association JANA

– 09/02/13 Café-Lecture Les Augustes Clermont-Ferrand Lecture de haïkus sur Shikoku en accompagnement d’une présentation par Maïko Gotani de l’Association JANA en présence de M. le Consul.

– Pendant plusieurs mois au retour : partage sur Facebook de 23 dessins sur Shikoku.

Avez-vous un prochain projet de promotion de Shikoku  ?
Oui, la mise à disposition de 56 haïkus et 23 dessins pour toute publication qui serait envisagée.

Que vous a apporté ce séjour ”Balade Haïku dans l’île de Shikoku” sur le plan de vos Haïku ?
J’ai mieux perçu la mentalité japonaise.

Que souhaiteriez-vous visiter ou que voudriez-vous faire si vous deviez revenir à Shikoku ?
Séjour libre dans un hôtel en ville.

Quelle est votre actualité du moment ?
Activités en rapport avec l’art.

 

 

————-

 

 

Minh-Triêt Pham 

Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de votre séjour en Shikoku ?
Un magnifique voyage au coeur de la culture et de l’histoire japonaises, un véritable retour aux sources du haïku et de ses traditions, ainsi que d’inoubliables rencontres avec la population de Shikoku dont l’accueil fut si enthousiaste, chaleureux et cordial. Il est à noter que mon souvenir le plus cher était la rencontre avec Masazumi Noguchi Sensei !

Qu’est-ce qui vous a le plus séduit(e) ?
La rencontre et le relationnel avec les habitants de Shikoku et l’activité de composer des haïku tout en profitant pleinement du programme des visites.

A votre retour en France, avez-vous eu l’opportunité de continuer d’une manière ou d’une autre à faire parler de Shikoku. Si oui, comment ?
Je continue à composer et à publier des Haïku en référence à Shikoku sur mon site internet consacré aux Haïku et à Shikoku.Mon carnet de voyage à Shikoku mis en ligne pendant le séjour, avec les Haïkus et les photos des lieux visités, reste toujours actif, accessible et très fréquenté, sur mon site personnel comme sur le réseau social Facebook ; à ce propos, j’ai recueilli de très nombreux compliments, encouragements et intérêts de la part des internautes. En parallèle, je continue à faire découvrir et partager, toujours avec autant de plaisir et de passion, des multiples charmes et attractions de Shikoku autour de moi, dans ma famille, auprès de mes collègues d’Air France & KLM, des amis et des connaissances comme des haijin du monde entier ; cette initiative, cette démarche ont également suscité beaucoup d’attentions, d’intérêts et d’enthousiasme pour Shikoku, ses atouts et ses attraits. Ainsi poursuivrai-je à faire la promotion de Shikoku en tant que destination de choix pour les amoureux de la nature, de l’histoire, de la culture, du patrimoine et de la gastronomie japonais, etc. (et la liste est longue !).

Avez-vous un prochain projet de promotion de Shikoku  ?
Organiser une projection-débat-échange autour de Shikoku dès que l’occasion se présentera, participer et contribuer, directement ou indirectement, à des évènements et manifestations de type conférences, ateliers ou expositions sur le thème du Japon.

Que vous a apporté ce séjour ”Balade Haïku dans l’île de Shikoku” sur le plan de vos Haïku ?
La prise en compte de la forme canonique et originelle du haïku japonais, ainsi que les progrès dans la compréhension et dans l’écriture du haïku en général.

Que souhaiteriez-vous visiter ou que voudriez-vous faire si vous deviez revenir à Shikoku ?
Faire l’ascension du mont Ishizuchi et effectuer l’O-henro-san, le pèlerinage de Shikoku des 88 temples sur les traces du moine bouddhiste Kobo-Daishi.

Quelle est votre actualité du moment ?
Le quotidien : entre le travail, les hobbies, la famille et… d’autres voyages.

 

————

 

Laurent Payen 

Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de votre séjour en Shikoku ?
Un moment inoubliable dans ma vie, j’ai vécu un véritable rêve… Je n’ai qu’une hâte, retourner à Shikoku pour goûter à nouveau à ce rythme de vie si agréable ! Toutes les personnes rencontrées m’ont beaucoup appris sur le Japon, sur Shikoku, sur les haikus et surtout sur moi-même. J’aimerai beaucoup revoir les gens, si gentils, si attentionnés, que j’ai rencontrés lors de ce voyage et leur dire combien ils ont changés ma vie… J’aimais beaucoup les haïkus avant, je les adore maintenant que j’ai plongé dans son histoire et découvert tant d’écrivains et de maîtres émérites!

Qu’est-ce qui vous a le plus séduit(e) ?
Les rencontres humaines, les échanges que nous avons pu avoir. Impossible de rencontrer de telles personnes en voyage touristique, il n’y a qu’au travers de tels projets que cela est possible.

La possibilité aussi de découvrir des lieux avec un accueil particulier qui nous était réservé…

A votre retour en France, avez-vous eu l’opportunité de continuer d’une manière ou d’une autre à faire parler de Shikoku. Si oui, comment ?
J’ai partagé mon séjour de Shikoku avec mes élèves. Dès que cela est possible, je parle de Shikoku et de ses richesses… Lors de mes rencontres avec les Budokas français et européens notamment.

Avez-vous un prochain projet de promotion de Shikoku  ?
Je prépare une autre présentation de mon voyage et de Shikoku au travers des jardins et des haïkus pour le festival des jardins d’un village à côté de Pau. (je veux présenter les Ritsurin Koen, le Garyuin Sanso (entre autres) et les haïkus qu’ils m’ont inspirés… Je m’appuie aussi sur des haïkus de Santoka, de Shiki parlant de jardins, de printemps…)

Que vous a apporté ce séjour ”Balade Haïku dans l’île de Shikoku” sur le plan de vos Haïku ?
Ce séjour m’a permis de présenter mon travail et d’avoir des retour, des conseils, des avis, des corrections. Je n’avais jamais montré mes écrits avant. Une confrontation à la source du haïku, avec des maîtres, des écrivains professionnels ou amateurs, des passionnés… Cela m’a donné envie d’écrire plus, de partager, de faire écrire (avec mes élèves de l’école, j’espère pouvoir montrer à mes collègues toute la richesse du travail des haïkus avec des élèves à l’école…

Que souhaiteriez-vous visiter ou que voudriez-vous faire si vous deviez revenir à Shikoku ?
Je rêve toujours (depuis de nombreuses années maintenant) de faire le pèlerinage des 88 temples… Je commence à récolter des informations et mon voyage va se préciser. Je pense que je ne pourrai pas le faire à pieds (faute de temps) mais je suis en train de voir si je peux le faire en vélo… Très important pour moi en tant que pratiquant du Soto Zen. J’espère pouvoir faire un haïku-o-henro…

Quelle est votre actualité du moment ?
Je suis toujours en train de créer deux pièces japonaises dont un pavillon de thé, qui seront je l’espère un point de départ à la création d’une association pour la découverte et la promotion de la culture japonaise… Je suis aussi en train d’étudier la possibilité d’écrire un ouvrage sur les haïkus que les différents arts que je pratique m’inspire… Budo, Zen, jardin, Thé…

 

————

 


Danièle Duteil 

Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de votre séjour en Shikoku ?
Ce séjour a été parfaitement organisé et m’a offert l’opportunité de découvrir, dans les meilleures conditions, l’ile de Shikoku réputée pour sa grande beauté, ses pèlerinages et en tant que haut lieu du haïku. Je garde un excellent souvenir de toutes les visites que nous avons faites, des rencontres avec les responsables des organisations locales, des contacts avec les poètes et des passionnantes conférences auxquelles nous avons eu la chance d’assister.

Qu’est-ce qui vous a le plus séduit(e) ?
D’abord la gentillesse de l’accueil de toutes les personnes qui nous ont accompagnés et guidés, ainsi que le grand raffinement trouvé en tous lieux. J’ai énormément apprécié toutes les visites. Les temples et hauts lieux de Shikoku me laisseront un souvenir impérissable. J’ai vraiment beaucoup aimé la journée consacrée à Shiki et la visite des différents ermitages. Shodoshima reste aussi gravé dans ma tête. Enfin, le magnifique parc Ritsurin m’a absolument séduite. La possibilité aussi de découvrir des lieux avec un accueil particulier qui nous était réservé…

A votre retour en France, avez-vous eu l’opportunité de continuer d’une manière ou d’une autre à faire parler de Shikoku. Si oui, comment ?
A mon retour, j’ai complété mon blog (joint) détaillant les journées à Shikoku et enrichi de photos ainsi que de nombreux haïkus..

Diaporama et articles : J’ai présenté mon voyage lors du Festival de haîku de l’Association Francophone de Haïku (AFAH, en octobre 2012 : diaporama joint ainsi que le texte de présentation publié dans la revue Gong N° 38, janvier-mars 2013 de l’AFH http://www.association-francophone-de-haiku.com/

et dans le journal en ligne, L’écho de l’étroit chemin N° 2 de décembre 2102 de l’association que je préside, l’Association Francophone des Auteurs de Haïbun (AFAH)    L’écho de l’étroit chemin   http://letroitchemin.wifeo.com/

Je pense aussi publier, dans les prochains numéros de ces deux revues la traduction en français de la conférence sur le kigo.

Avez-vous un prochain projet de promotion de Shikoku  ?
J’ai pour projet de bâtir une exposition sur Shikoku : Géographie / Villes / Patrimoine architectural, culturel et littéraire (haïku) / Religion / Artisanat et traditions / Gastronomie… Elle pourra accompagner quelques manifestations de l’AFH et de l’AFAH.

Que vous a apporté ce séjour ”Balade Haïku dans l’île de Shikoku” sur le plan de vos Haïku ?
J’ai détaillé cette question dans mes réponses à la question 3.

Que souhaiteriez-vous visiter ou que voudriez-vous faire si vous deviez revenir à Shikoku ?
J’aimerais connaître les préfectures que nous n’avons pas visitées, non seulement par rapport aux sites remarquables (paysages, patrimoine…) mais aussi par rapport aux coutumes et à l’artisanat.

Quelle est votre actualité du moment ?
Je prépare différentes rencontres avec des associations de haïku dans des pays étrangers : Angleterre (mai 2013) et Roumanie (août 2013).